Rafał Blechacz

Rafał Blechacz

Quand Rafał Blechacz se met au piano, des pensées et des émotions d’une grande profondeur se fondent pour produire des interprétations d’une énergie irrésistible et d’une pénétrante acuité. Les critiques reconnaissent que le talent du pianiste polonais est exceptionnel à tous les points de vue : il a recueilli de nombreux éloges, et on peut par exemple citer le…

Biographie complète Site Internet

Biographie


Quand Rafał Blechacz se met au piano, des pensées et des émotions d’une grande profondeur se fondent pour produire des interprétations d’une énergie irrésistible et d’une pénétrante acuité. Les critiques reconnaissent que le talent du pianiste polonais est exceptionnel à tous les points de vue : il a recueilli de nombreux éloges, et on peut par exemple citer le Washington Post, qui voit en lui « un musicien au service de la musique, qui en sonde les profondeurs, en explore la signification et en sillonne les possibilités » – cela tient à sa maîtrise absolue du clavier et à sa capacité de déployer tout l’éventail expressif de son instrument. Mues par sa curiosité et son ouverture d’esprit innées, ces qualités ont porté le développement artistique et professionnel de Blechacz au fil des années écoulées depuis qu’il a remporté le premier prix du Concours international de piano Chopin en 2005. Il compte aujourd’hui parmi les plus grands pianistes de la planète, et on s’arrache ce jeune artiste pour sa probité et l’approche visionnaire qu’il apporte à toutes ses interprétations, de Bach et Beethoven jusqu’à Chopin et Szymanowski.

Rafał Blechacz est né en juin 1985 dans la petite ville de Nakło nad Notecią, dans le nord de la Pologne. Il n’a pas tardé à manifester des dons de musicien, et c’est à 5 ans qu’il a commencé à prendre des leçons de piano. D’abord inscrit à l’École de musique d’état Arthur Rubinstein de Bydgoszcz, il a ensuite intégré l’Académie de musique Feliks Nowowiejski de cette ville, obtenant son diplôme en mai 2007 après avoir suivi les cours de Katarzyna Popowa-Zydroń. Grâce à ses exceptionnelles capacités techniques et artistiques, Blechacz a mené un parcours jalonné de succès lors de différents concours, à commencer, en 2002, par le deuxième prix remporté au Concours international jeunes pianistes Arthur Rubinstein de Bydgoszcz, suivi un an plus tard d’un premier prix ex-aequo au Concours international de piano de Hamamatsu : cette série a culminé par une victoire incontestée au Concours international de piano Chopin 2005 à Varsovie, où Blechacz est devenu le premier musicien polonais à obtenir la récompense suprême depuis Krystian Zimerman trente ans auparavant.


L’élégante éloquence et l’intensité raffinée des interprétations offertes par Blechacz dans le cadre du Concours Chopin quelques mois à peine après qu’il ait fêté ses vingt ans n’ont pas seulement été récompensées par la médaille gagnante : le jeune pianiste a également raflé les quatre prix spéciaux de la compétition, ainsi que le Prix du public. En mai 2006, il a signé un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon, devenant après Zimerman le second pianiste polonais à rejoindre l’écurie d’artistes internationaux du label jaune. Le coup d’envoi de cette nouvelle collaboration a été donné en octobre 2007 avec le premier album soliste de Blechacz, qui contient l’intégrale des Préludes de Chopin associés aux deux Nocturnes op. 62. À l’écoute de cette parution, le BBC Music Magazine a décrit Blechacz comme « un pianiste superlatif, mais un musicien encore plus extraordinaire » et l’enregistrement a remporté le prix Echo Klassik et le Diapason d’Or. Le deuxième album de Blechacz, un récital de sonates pour piano de Haydn, Mozart et Beethoven, est paru en octobre 2008 et a été loué par la revue Fanfare pour ses lectures « captivantes et d’une remarquable maturité », le magazine Gramophone faisant quant à lui l’éloge de « la transparence de textures, l’économie d’expression, l’inspiration créative, l’immense humour et les silences stratégiques […] des interprétations magnifiques et merveilleusement bien enregistrées de Rafał Blechacz ».


Ces dix dernières années, le pianiste a confirmé qu’il est l’un des plus grands interprètes de Chopin. Son agenda de prestations passées et sa discographie chez Deutsche Grammophon regorgent d’œuvres de son compatriote, avec des albums encensés par la critique consacrés aux concertos pour piano et aux polonaises de ce compositeur. La version de Blechacz des deux concertos pour piano, réalisée pour le label jaune avec l’Orchestre royal du Concertgebouw et Jerzy Semkow, a été publiée fin 2009, à la veille des célébrations du bicentenaire de la naissance de Chopin. Cet album a remporté un Preis der Deutschen Schallplattenkritik 2010 et deux prix Fryderyk, l’équivalent polonais des Victoires de la musique. Les choix de répertoire de Blechacz reflètent également sa passion pour les œuvres de J.-S. Bach, Beethoven, Brahms, Debussy, Liszt, Mozart, Schumann et Szymanowski, entre autres. Le Sunday Times de Londres a salué dans son album de 2012 de pièces de Debussy et de Szymanowski « un disque inoubliable offert par l’un des géants du piano de notre époque », éloge entériné par un prix Echo Klassik dans la catégorie « Album solo de l’année (20e-21e siècles)/Piano ». Son sixième disque pour Deutsche Grammophon, dont la sortie est prévue pour février 2017, comprend des œuvres de Bach, dont les Première et Troisième Partitas et le Concerto italien. S’agissant d’interpréter Bach, Blechacz fait observer : « Bien sûr, c’est très important d’être parfaitement informé sur le style baroque. Mais parfois […] j’ai le sentiment que c’est même encore plus important d’écouter son cœur et son intuition. »

En 2016, le pianiste a pris un congé sabbatique et délaissé provisoirement l’interprétation pour mener à bien un doctorat en philosophie à l’Université Nicolas Copernic de Toruń, en Pologne. Sa thèse examinait différents aspects de la métaphysique et de l’esthétique de la musique. Ainsi qu’il le précise, « cela m’a aidé à comprendre à la fois les latitudes et les limites des interprétations musicales ». Blechacz va retrouver les salles de concert en Italie à la fin du mois de janvier 2017 avec un récital de pièces de Bach, Beethoven et Chopin ; il ira ensuite interpréter ce programme dans des villes d’Allemagne, de France, de Belgique et des États-Unis. Ensuite, au printemps, il exécutera des concertos de Beethoven et de Chopin en Suisse, en Autriche, en Allemagne et au Canada, et à l’automne il entreprendra une tournée de récitals au Japon.

La singularité du travail de Rafał Blechacz a été reconnue en 2010 par le Premio Internazionale Accademia Chigiana, décerné chaque année par l’Accademia Musicale Chigiana de Sienne à un pianiste ou un violoniste d’exception. En 2014, il a été couronné du Gilmore Artist Award, prix prestigieux qui n’est remis que tous les quatre ans – « à la suite d’un processus de sélection rigoureux et confidentiel » – en reconnaissance d’une « aptitude pianistique extraordinaire ». Outre les prix et récompenses officiels, Blechacz a également pu compter avec les soutiens remarqués de certains de ses confrères et aînés : Martha Argerich, lauréate du Concours Chopin en 1965, l’a décrit comme « un artiste extraordinaire, d’une grande sincérité et d’une profonde sensibilité », et le pianiste et pédagogue irlandais John O’Conor a dit de lui : « C’est l’un des plus grands artistes que j’aie jamais entendus. »