Yuja Wang

Yuja Wang

Enfant prodige, cette jeune pianiste chinoise a été repérée à l’âge de12 ans. Elle gagne ses premier concours avant sa majorité et signe chez Deutsche Grammophone, son premier label, à 22 ans. Yuja Wang fait partie de cette nouvelle génération d’artistes chinois, formés à Pékin et aux Etats-Unis. Après deux albums en solo sur le prestigieux label allemand, Sonate…

Biographie complète Site Internet

Biographie

Yuja Xang est née le 10 février 1987 à Pékin. Elle commence le piano à 6 ans et intègre le conservatoire de Pékin.

En 1999, lors d’un programme d’échange entre la Chine et le Canada, elle intègre le Calgary Mount Royal College. En 2002, elle remporte le concours de l’Aspen Music Festival. C’est son premier concours international. Gary Graffman la repère et la fait entrer dans le prestigieux Curtis Institute of Music de Philadelphie. Elle obtient son diplôme en 2008.

En 2005, Yuja Wang donne son premier concert avec orchestre. Elle est accompagnée par le National Arts Center Orchestra dirigé par Pinchas Zukerman. Yuja Wang n’a alors que 18 ans. Prise en affection par la presse et le public, Yuja Wang commence ainsi sa carrière professionnelle.

En 2009, elle signe son premier contrat chez un label et non des moindres puisqu’il s’agit de Deutsche Grammophon. Sonates et Etudes est son premier récital. Le succès critique et public est unanime. Ses interprétations de Chopin, Liszt, Ligeti, Mozart et Scriabine lui valent les honneurs du journal anglais Grammophone. Yuja Wang multiplie les collaborations avec des chefs et des orchestres en jouant sur les scènes du monde entier. Malgré son jeune âge, elle a déjà joué avec les plus grands chefs tels que Charles Dutoit, Michael Tilson-Thomas ou Osmo Vänskä. On la retrouve avec l’Orquesta Nacional d’Espagne et la Staatskapelle de Berlin sous la direction de Pietari Inkinen. Par la suite, elle joue en Chine lors de l’Exposition universelle de Shanghai avec le della Scala Filarmonica dirigé par Semyon Bychkov.

L’année 2011 marque ses débuts au Carnegie Hall de New York et la parution du récital Rachmaninov avec le Mahler Chamber Orchestra sous la direction de Claudio Abbado. Celui-ci comprend la Rapsodie sur un thème de Paganini et le Concerto pour piano n°2, opus 18. Trois ans plus tard sort un nouveau récital comprenant le Concerto pour piano n°3 de Rachmaninov et le N°2 de Prokofiev, dirigés par Gustavo Dudamel.