Accueil>Actus>Karajan : L’intégrale
Karajan : L’intégrale
14 nov. 2017 • PanoramasHerbert von Karajan

Karajan : L’intégrale

Un projet de tous les superlatifs : Karajan – L’Intégrale des enregistrements chez Deutsche Grammophon et Decca. Avec l’hommage au chef d’orchestre légendaire en 356 disques paraît le plus grand coffret de l’histoire, en édition deluxe limitée.

Au cours de sa longue carrière, Herbert von Karajan (1908-89) a défini l’art de la direction d’orchestre pour des millions de personnes. Même après sa disparition, le charismatique maître autrichien continue à inspirer de nombreux mélomanes partout dans le monde à travers son legs discographique monumental. La profondeur et la richesse de ses enregistrements sont célébrés aujourd’hui à travers le plus grand coffret jamais réalisé : Karajan – Complete Recordings on Deutsche Grammophon and Decca. Ce projet de grande envergure, à paraître le 3 novembre en édition strictement limitée et numérotée, présente l’intégrale des enregistrements de Karajan pour Deutsche Grammophon et Decca, comprenant 330 CDs, 24 DVDs et deux disques Blu-ray audio – une somme de 356 disques présentés avec leurs pochettes originales, accompagnés de 4 livrets avec les tracklistings ainsi qu’un livre de présentation relié de 140 pages. Les disques sont présentés et facilement accessibles dans un casier intérieur, lui-même rangé dans un écrin en fibre de cuir.

L’art emblématique de Karajan découlait de l’impressionnante puissance de sa présence sur le podium, la fluidité poétique de ses gestes et l’intensité passionnée de sa création musicale. Dans sa quête de la perfection – renforcée par une préparation méticuleuse lors des répétitions – et sa recherche d’un son d’orchestre idéal il fut aidé par des avancées en technique d’enregistrement, de l’introduction du vinyle et de la stéréo jusqu’à l’arrivée de l’enregistrement numérique. En 1980 il dirigeait le Berliner Philharmoniker dans le premier enregistrement numérique de Deutsche Grammophon, une interprétation acclamée de La Flûte enchantée de Mozart. Ils ont continué à poser les jalons deux ans plus tard en enregistrant Une Symphonie alpestre de Strauss pour le premier disque produit en masse.

Deutsche Grammophon a publié le premier enregistrement de Karajan, l’ouverture de La Flûte enchantée avec la Staatskapelle de Berlin, en 1939. Il enregistrait son ultime album pour le label jaune, une interprétation visionnaire de la Septième symphonie de Bruckner avec l’orchestre philharmonique de Vienne, cinquante ans plus tard. Karajan devint le chef d’orchestre attitré du Berliner Philharmoniker en 1955 et tint cette position jusqu’à la fin de sa vie. Leur association, entièrement soutenue par Deutsche Grammophon, a engendré des enregistrements d’un vaste répertoire, des Concertos brandebourgeois et la Passion selon Saint Matthieu de Bach aux Variations pour orchestre op.31 de Schoenberg et les Six Mouvements pour orchestre op.6 de Webern. Les albums de Karajan pour Deutsche Grammophon ont vendu plus de 200 millions d’exemplaires sur tous les supports de son vivant ; il reste l’artiste le plus vendeur du label chaque année depuis sa disparition.

Karajan – Complete Recordings on Deutsche Grammophon and Decca dépeint l’évolution d’une légende. Les enregistrements ont été classés par décennies significatives de la carrière du chef d’orchestre, en commençant par six CDs dédiés aux « Premiers enregistrements » des années 1930 et 1940 et deux autres de captations radio des années 1940. L’intégrale des enregistrements des années 1960 (82 CDs), 1970 (82 CDs) et 1980 (78 CDs) sont complétés par l’intégrale des enregistrements d’opéras chez DG et Decca (70 CDs), les enregistrements orchestraux chez Decca (9 CDs) et The Christmas Album, enregistré avec Leontyne Price. Le coffret comprend également tout le catalogue de Karajan pour DG/Unitel (24 DVDs), dont des documentaires, concerts et opéras – témoignages aussi bien visuels que sonores de sa maîtrise en tant que chef sur scène. Enfin, son cycle de 1963 des neuf symphonies de Beethoven et le Ring des Nibelungen de Wagner sont présentés en deux disques Blu-ray audio 24 bit/96kHz. Le biographe de Karajan, Richard Osborne, décrit le phénomène Karajan dans un long essai dans le livre accompagnant, aux côtés d’autres essais, interviews et souvenirs de collègues et producteurs.

Parmi ses nombreux moments forts, Karajan – Complete Recordings on Deutsche Grammophon and Decca compte les cycles complets des symphonies de Beethoven, Brahms, Bruckner, Mendelssohn, Schumann et Tchaïkovski, ainsi que les enregistrements célèbres d’Anne-Sophie Mutter des concertos pour violon de Brahms, Bruch, Mendelssohn et Tchaïkovski. Le coffret couvre également les interprétations majestueuses du maestro des 4e, 5e, 6e et 9e symphonies et du Chant de la Terre de Mahler, ses lectures profondes des Requiem de Brahms, Mozart et Verdi ainsi que de la Missa Solemnis de Beethoven, et ses gravures captivantes des chefs-d’œuvre du 20e siècle de Bartók, Berg, Honegger, Prokofiev, Schoenberg, Shostakovich, Richard Strauss, Stravinsky et Webern. Outre les enregistrements de quatorze intégrales d’opéras de Karajan pour Deutsche Grammophon, l’édition comprend huit opéras du catalogue Decca, dont La bohème Puccini avec Mirella Freni, Luciano Pavarotti et Nicolai Ghiaurov, considéré comme l’un des plus grands  de tous les enregistrements d’opéra.

Karajan – Complete Recordings on Deutsche Grammophon and Decca offre une opportunité inégalée de saisir l’étendue époustouflante et l’excellence de l’art du chef d’orchestre à travers des enregistrements qui font office de référence.

Voir La fiche de cet artiste